logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/12/2006

Une histoire à raconter

Suite à cette note j'ai décidé de mettre mon conte sur la légende de la Tante Arie tiré du livre des contes et légendes de Franche Comté

medium_livre.jpg








Histoire extraite de mes contes de Franche -Comté à raconter à vos petits-enfants

La Tante Arie


(*) l'Ajoie - Région de Montbéliard, Belfort, Blamont, Héricourt

Il y a longtemps déjà, dans un petit village de l'Ajoie(*) une fillette de 10 ans , nommée Lucile, revenait par un après-midi d'hiver du bourg voisin, où l'avaient accompagnés ses 2 frères: Antoine 6 ans et Philippe 5 ans. On était au début du mois de Décembre, mais il faisait doux pour la saison et les enfants cessant soudain de gambader et de joue, abordèrent vite un sujet, qui leur tenait à coeur, celui de Noël. C'est Antoine qui, en passant devant une croix de pierre, demanda à sa soeur :
-Dis, Lucile, c'est bientôt Noël? Il y aura à l'église une grande crèche avec au milieu le petit Jésus et puis on nous donnera des tas de bonnes choses. C'est bientôt?
-oui,répondit la grande soeur, ce ne sera pas après ce dimanche-ci, mais après l'autre.On préparera à la maison, dans la grande chambre, 3 petits autels ornés d'un napperon orné de dentelles. Sur le mien il y aura 10 bougies, sur chacun des vôtres, 5 et 6.
Et quand nous nous réveillerons le matin du grand jour nous trouverons dessous des jouets, des bonbons, des cadeaux.
-Mais,intervint le petit Philippe, c'est la Tante Arie, qui nous donnera tout cela. Je ne l'ai jamais vue.
- Bien sûr, fit Antoine, il ne doit pas être facile de la voir. Sais-tu comment elle est, Lucile?
-La Tante Arie, reprit gravement Lucile, est une très vieille dame, mais il paraît que son visage garde toute la fraîcheur de la jeunesse. Au soir du 24 Décembre, elle s'habille chaudement et tout emmitoufflée, s'apprête à faire un long voyage dans le pays d'Ajoie. D'une main, elle tient un bâton et de l'autre elle conduit un âne.
-Un âne, s'exclama Philippe, pourquoi cela? c'est drôle!
-C'est pour monter dessus, pardi! répondit Antoine.
-Non, fit Lucile, elle aime mieux aller à pied, sans doute pour se réchauffer. Pensez donc, on gèle, cette nuit-là! Mais elle a besoin d'un âne pour porter tout ce qu'elle distribue. le pauvre animal a sur l'échine 2 lourds paniers pleins à craquer;
medium_tante_arie.jpg
il avance pourtant avec courage en secouant ses longues oreilles.
-Dans les paniers, fit le petit Philippe, il y a des jouets?
-Bien sûr, des pantins, des poupées, des chevaux de bois, des tambours, des cordes à sauter, des polichinelles et des tas d'autres choses, depuis les bibelots de rien du tout jusqu'aux cadeaux les plus somptueux. Il y en a pour tous les goûts.
-Et, oui il y a aussi des bonbons? demanda Antoine.
-Mais oui, des bonbons au sucre ou au chocolat, des marrons,des noix, des oranges et des gâteaux, surtout des " michottes" rondes que la Tante Arie a fait cuire elle-même dans son four.
Antoine semblait rêver; Philippe était stupéfait à l'idée de toutes ces merveilles; il réfléchit un moment, puis se hasarda à demander:
-Pourquoi l'appelle-t-on la tante?
-C'est parce qu'elle est vieille, fit Lucile, et aussi très bonne.
Elle n'hésite pas, malgré son âge, à partir dans la nuit et le froid, pour nous apporter jouets et friandises. Elle charge son âne, lui attache au cou un grelot et la voilà partie.
-D'où vient-elle? dit Antoine, d'un ton intrigué. Si elle habitait le village, on la verrait quand même bien.
-Oh! Elle n'est pas d'ici, Elle habite, sur le Lomont, une grotte au milieu des arbres. Personne n'y est jamais entré, mais ce doit être merveilleux: elle a sûrement là des montagnes de jouets pour plusieurs Noëls à l'avance.
-Pourtant, affirma Antoine, si l'âne a un grelot, on devrait l'entendre tinter. Alors, il serait possible de la voir.
-Tu crois ça! répondit Lucile amusée, elle ne vient qu'au moment où tout dort dans la maison. Ce qu'elle veut, c'est faire une surprise et on a beau faire d'efforts pour rester éveillé, chaque fois on tombe dans le sommeil, avant qu'elle n'arrive.
Philippe cherchait à imaginer la Tante, marchant avec son âne, dans la nuit claire et froide:
- Par où entre-t-elle? dit-il, puisque toutes les portes sont fermées?
-Elle a peut-être toutes les clefs des maisons, répondit Antoine, toujours prompt à donner une explication, en espèrant tomber juste .
Lucile regarda ses frères, qui attendaient avec impatience ce qu'elle allait leur apprendre encore sur la mystérieuse Tante Arie:
- Non, elle a déjà bien assez de choses à emmener dans sa tournée, sans prendre encore un énorme trousseau de clefs. Elle trouve les portes closes, mais cela ne l'embarasse pas, elle passe par le trou de la serrure ou elle monte sur le toit et descend par la cheminée. Quand elle est très pressée, elle se contente de lancer les jouets et les bonbons dans la maison. en tout cas, quoi qu'elle fasse, le travail est bien fait .
Les 3 enfants continuèrent leur marche et pendant un temps, gardèrent le silence .

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique